Tous à cheval

Venez partager votre passion et découvrir le cheval dans toute sa splendeur et sa noblesse
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les maladies de l'appareil digestif

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Super Cavalier
Super Cavalier
avatar

Nombre de messages : 493
Age : 31
Date d'inscription : 01/10/2005

MessageSujet: Les maladies de l'appareil digestif   Sam 25 Mar - 15:09


Les maladies de l'appareil nutricionnel et digestif


Les parasites internes
Il s’agit des différents vers et larves qui s’installent dans le tube digestif (ou ailleurs), après avoir été absorbés sous forme d’oeuf, par le cheval, et qui se nourrissent de sang (strongles, tenia, etc.), et occasionnent des lésions à l’intestin, à l’estomac et au foie.
Symptômes
Selon le type de parasites : abattement, maigreur, poil piqué, diarrhées (parfois sanglantes), coliques, oeufs ou larves dans le crottin, oeufs collés sur les poils de la robe, ulcération et perforation de l’intestin et de l’estomac.
Comment les éviter ?
Vermifugation (ingestion d’un produit tuant les larves et les vers), plus ou moins importante (de 2 à 6 fois par an) selon l’état du cheval et son environnement.
En prairie, étant donné l’aspect cyclique du phénomène (ingestion de l’oeuf par la bouche, développement de la larve dans le ventre et expulsion de nouveaux oeufs dans le crottin, risquant à leur tour d’être absorbé par le cheval), un assainissement et une rotation des pâtures peuvent s’avérer très utile : épandage de chaux, hersage, drainage éventuel.
Pour décoller les oeufs de mouche sur les poils : utilisez du vinaigre chaud et un peigne. (voir aussi coliques)

Troubles hépatiques
Les troubles du foies sont plus rares chez les chevaux de loisir.
Les chevaux de compétition, par contre, y sont davantage exposés à cause de l’usage fréquent (et l’abus) de différentes substances "dynamisantes" telles les vitamines et autres produits "miracle" censés améliorer les performances.
On raconte beaucoup de choses à propos des coliques. Le terme désigne en fait une douleur violente d’origine abdominale, quelle qu’en soit la cause. Certaines n’ont pas pour origine un trouble digestif. C’est le cas des coliques ovariennes chez la jument, et aussi des coliques urinaires, qui concernent la vessie ou les reins. Mais il s’agit le plus souvent de coliques digestives causées, pour 80 % d’entre elles, par des erreurs alimentaires : la nourriture n’est pas de bonne qualité ou est avariée ; l’animal mange mal, soit parce qu’il est stressé, soit parce que sa table dentaire n’est plus en état.

On ne le répétera jamais assez :
- accordez au cheval tout le calme nécessaire à son repas
- fractionnez la ration journalière en plusieurs petites rations
- le fourrage se donne avant l’eau, et l’eau avant le grain

Les coliques

Au niveau digestif, on distingue trois sortes de coliques :
les coliques mécaniques (ou d’obstruction), c’est à dire liées à la présentation des aliments et à leur réaction mécanique dans le tube digestif. L’aliment, de part sa nature ou du fait qu’il n’est pas mélangé à une substance le rendant plus digeste, “accroche” au lieu de glisser, ou bien il gonfle en s’imbibant d’eau, de salive et de suc (pulpes de betterave, notamment), ce qui provoque une obstruction, un “bouchon”.
C’est l’indigestion du cheval.
les coliques par dysmicrobisme (ou chimiques), c’est-à-dire par dysfonctionnement de la digestion proprement dite : l’aliment n’est pas digéré (transformé) comme il le devrait et il provoque dilatations, surcroîts d’acidité, ralentissements (voire arrêt) du transit, gonflements, spasmes, congestion, obstruction...
les coliques dites “chirurgicales”, c’est-à-dire dues à une torsion accidentelle du viscère, un retournement d’estomac, un éclatement...
Ce type de coliques peut être la conséquence des deux précédentes.

On peut aussi classer les coliques en :
colique gastrique (au niveau de l’estomac),
colique intestinale (au niveau de l’intestin).

D’autres coliques peuvent être causées
par un abreuvement inadapté, soit trop rare (l’aliment est alors trop sec), soit trop froid et trop rapide (congestion de l’estomac) quand le cheval est “chaud”, juste après l’effort
par des parasites : les larves sont avalées avec l’herbe, ensuite elles circulent dans le corps selon un itinéraire propre à l’espèce avant de s'installer dans les intestins, oùdeviennent adultes et pondent. Les oeufs sont éliminés avec le crottin et éclosent dans l’herbe où le cheval les ingurgitent à nouveau.
par une production de gaz qui ne trouvent pas la “sortie” (le cheval ne peut ni vomir, ni éructer)
par l’utilisation de certains antibiotiques contre-indiqués pour le traitement des chevaux ou le traitement de la nourriture elle-même (l’aliment doit être prévu pour nourrir un cheval et non une vache ou un autre animal...).
En effet, le cheval ne supporte pas certaines sortes d’antibiotiques tolérés par d’autres espèces.
Et comme certains aliments sont traités aux antibiotiques...

Symptômes
Le cheval a très mal au ventre, il observe ses flancs, se campe, se couche avec précaution. Dans les cas plus graves, le rythme cardiaque augmente jusqu’à 60-100 pulsations/minute. La vie du cheval est alors en danger.
Comment les éviter ?
Eviter l’abreuvement après l’ingestion de concentrés (grain, granulés, etc.).
Ne pas nourrir le cheval uniquement avec des concentrés ; donnez-lui aussi du fourrage ou tout autre “lest” alimentaire qui forme un volume suffisant dans le tube digestif.
Ne changez pas trop brutalement de régime alimentaire. En cas de mise au pré, créez une parcelle réduite dans la prairie de manière à endiguer une éventuelle boulimie, et allez-y progressivement : 1h le premier jour, 2-3h le jour suivant, etc., tout en diminuant la proportion de concentrés.
Laissez-le manger calmement et faites inspecter sa table dentaire de temps en temps par le vétérinaire qui la rectifiera au besoin.
Que faire ?
Supprimez toute eau et nourriture. Appelez le vétérinaire en lui communiquant rythme cardiaque et température, promenez le cheval s’il marche facilement. Empêchez-le de se rouler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tousacheval.realbb.net
 
Les maladies de l'appareil digestif
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Identification d'une plante
» questions sur la digestion des chenilles
» Elevages et maladies
» Appareil de mesure chlore "Mini photomètre" Hanna HI701 Mise à jour 2015
» Digestif local (Loire-Atlantique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tous à cheval :: Soins et Santé :: Les maladies équines-
Sauter vers: